Email:
Password:
Non sei ancora iscritto? clicca qui
Iscriviti alla Newsletter:
ABBONAMENTI e RINNOVI  Critica TV Cerca nel sito:
Links   Chi Siamo  
Critica Sociale (anno 2014)
Storia e documenti di trent'anni (1980-2013)
Le pubblicazioni e i dibattiti
Le radici della democrazia e la Critica di Turati



AMBIENTE (45)
CRITICA SOCIALE (52)
CULTURA POLITICA (372)
DEMOCRAZIA (395)
DIRITTI UMANI (116)
ECONOMIA (254)
ENERGIA (74)
GEOPOLITICA (402)
POLITICHE SOCIALI (77)
SICUREZZA (291)
STORIA (98)
TERRORISMO (62)


Afghanistan (66)
Ahmadinejad (56)
Al-qaeda (29)
America (56)
Berlusconi (56)
Blair (61)
Brown (83)
Bush (131)
Cameron (31)
Casa Bianca (20)
Cina (141)
Clinton (71)
Comunismo (18)
Craxi (34)
Cremlino (33)
Crisi (88)
Egitto (19)
Elezioni (26)
Euro (24)
Europa (242)
Fed (16)
Francia (58)
Frattini (16)
G8 (17)
Gas (19)
Gaza (30)
Gazprom (24)
Georgia (40)
Germania (36)
Gran Bretagna (47)
Guerra Fredda (23)
Hamas (56)
Hezbollah (38)
India (42)
Iran (166)
Iraq (52)
Israele (148)
Italia (110)
Labour (58)
Libano (37)
Libia (21)
Londra (16)
Mccain (84)
Medio Oriente (82)
Mediterraneo (19)
Medvedev (49)
Merkel (35)
Miliband (24)
Mosca (31)
Napolitano (16)
Nato (61)
Netanyahu (26)
Nucleare (53)
Obama (240)
Occidente (60)
Olmert (18)
Onu (43)
Pace (20)
Pakistan (34)
Palestina (23)
Palestinesi (31)
Pci (22)
Pd (26)
Pdl (16)
Pechino (27)
Petrolio (35)
Psi (19)
Putin (109)
Recessione (32)
Repubblicano (16)
Rubriche (53)
Russia (179)
Sarkozy (130)
Sinistra (24)
Siria (49)
Socialismo (40)
Stati Uniti (189)
Stato (23)
Teheran (20)
Tory (22)
Tremonti (30)
Turati (24)
Turchia (30)
Ucraina (25)
Ue (81)
Unione Europea (37)
Usa (228)

   
Home Page  >>  Editoriale
 
 


GOVERNANCE AND FINANCE


PSE and the free market


Data: 2012-02-25

Leonardo Scimmi,

At the beginning of the crisis in 2008 wasn't too difficult to predict and target the main issue: human being should not depend on the rating agency reports, politics should come back in power and protect human beings from the free market effects.

Especially the leftist of any kind, from communists to socialdemocrats to democrats were a kind of happy to be able to use again all the ideological weapons they were forced to abandon in 1989 for the end of the Cold War.

The various socialist and social democrats party in Europe reacted to the crisis mostly using old ideological means, like Marx, clash of classes, end of capitalism and all the usual stuff against capitalism.

Which appears to anybody a weak response actually and a bit lazy as well.

And the free market became again a personified devil.

But were perhaps this an out of date approach who watched the reality through old fashioned eyes, linked to the XX Century ideologies and old way of thinking?

Perhaps was the free markets - in its furious and global development - just indicating a new root?

The intransigent criticism of the free market economic was may be based on the aprioristic mistrust of the free market philosophy, supporting a central planning, national based and bureaucratic state system, selling the soul not to the devil, but to his assistant instead?

Was the crisis just a transformation, a new step in the history of world, a new page with collateral effects causing inevitably pain and harm like any change does?

Governance  and Finance

As in the XIX Century the European states learned from liberalism to be free and adopt formal democracy it could be time, nowadays, for a new step towards substantial and real democracy: the introduction of industrial democracy, focusing on negotiation instead of  on regulation.

A better way to approach the crisis should be to dismiss the private/public ownership principle, which cause the unsolvable antagonism between global market and local state and accept that a better way of solving problems is to allow individuals to be well informed and to share decisions, at any levels and in any regional area, through a codetermination system (in German: Mitbestimmung)

There is a recurrent theory which sees the company, the bank or the factory as an asset itself which belongs not only to the shareholders but to all the people involved in the company's bank's or factory's life.

It is about the well known switch from the shareholders value approach to the stakeholders one.

Now its time to adopt this switch.

Profit is not the only goal. The "too big to fail "principle has shown that the companies and banks are not run just for the benefit of the shareholders, but in the interest of the entire society.

The bank has proven to be much more than a mean to pay dividends or increase the asset value of investment funds.

The bankrupt of a global bank has terrific impact on economics and politics in a global stage.

That means that the management and governance should be shaped by all the people that may be affected by the success or fall of the company or bank itself.

That bring us to the main point: decisions must be shared and taken by shareholders, workers and the public sector as well.

It is not the nationalization at stake, but rather the codetermination through the participation of the representatives of the workers and of the state in the Supervisory Board - in a two-tier governance system - which will then appoint the Executive Board, whose members are directors, professional who, but, follow the strategy determined by the co-determinate Supervisory Board.

Now, nowadays, this approach has lost its pure character "social", linked and limited to the rights of the workers to have voice in the company decisions.

The stakeholders approach involves rather a more complex idea of democracy and management of the financial sector.

We can not imagine that a bunch of economist sit in a board room taking decisions that affect whole word, without sharing their opinions or wills with anybody.

Keynes or not Keynes is not enough to rule the financial sector.

We need the voice and interests of every workers and citizens to be represented in the global financial sector.

The separation from private and public belongs to an old fashion mindset that no longer find application in a post crisis world.

The globalization imposes a global political governance that can not be achieved easily.

The codetermination acts locally instead and, therefore, can better address the issues on a regional basis, avoiding the issue of the governance, because based on a negotiable way, contractually binding.

No doubts that this approach can only be introduced by a law, which proposes again the problem of a difficult global politic governance, hard to be reached.

However, once approved this set of rules, introducing the codetermination at any levels, the co-determinate system will work by itself, according to internal and local negotiation or broader and global negotiation, always based on decision sharing and information flows.

                                         

Ownership, employee and public sector are thus on the same level of knowledge and power and take informed decisions for the sake not only of the managed company, but of the whole society impacted thereof.

Nowadays there are several countries which adopt a co-determinate corporate governace system, notably Germany, on a mandatory or optional basis.

Also the European Directive and implementing acts foresee this possibility for the European Company and the employee involvement (2001/86/EC).

However, the aim of this document is to start a discussion on the:

•-         Broadening of the participation in the Supervisory Board, including not only the employee but also the public sector representatives;

•-         Introduce such a reform as a mandatory corporate governance system for Europe;

•-         Propose the same corporate governance system on a global level in the G20.

Leonardo Scimmi

....


Versione francese

GOUVERNEMENT ET FINANCES

PSE et le marché libre


Leonardo Scimmi,

Au début de la crise en 2008 n'était pas trop difficile de prévoir et viser le thème principal : l'être humain ne devrait pas dépendre des rapports d'agence d'estimation, la politique devrait revenir dans la puissance et protéger des êtres humains contre les effets de débouché libre.

Particulièrement le gauchiste de la sorte, des communistes aux social-démocrate aux démocrates étaient un genre d'heureux de pouvoir utiliser encore toutes les armes idéologiques qu'elles ont été forcées d'abandonner en 1989 pour la fin de la guerre froide.

La diverse partie de démocrates socialistes et sociaux en Europe a réagi à la crise la plupart du temps using de vieux moyens idéologiques, comme Marx, désaccord des classes, de la fin du capitalisme et de toute la substance habituelle contre le capitalisme.

Ce qui semble à quiconque une réponse faible réellement et un peu paresseux aussi bien.

Et le marché libre est allé bien encore à un diable personnifié.

Est-ce que mais peut-être c'une approche démodée qui observé étaient la réalité par les yeux démodés, liés aux idéologies du siècle XX et à la vieille façon de penser ?

Peut-être les marchés libres - dans son développement furieux et global - étaient-ils juste du témoin d'une nouvelle racine ?

La critique intransigeante du marché libre économique était peut être basée sur la méfiance aprioristique de la philosophie du marché libre, soutenant une planification centrale, le national basé et le système bureaucratique d'état, vendant l'âme pas au diable, mais à son aide à la place ?

La crise était-elle juste une transformation, une nouvelle étape dans l'histoire du monde, une nouvelle page avec des effets collatéraux causant inévitablement la douleur et le mal comme un changement fait-il ?

Gouvernement et finances

Comme en siècle XIX les états d'Européen appris du libéralisme pour être libre et pour adopter la démocratie formelle il a pu être temps, de nos jours, pour une nouvelle étape vers la démocratie substantielle et vraie : l'introduction de la démocratie industrielle, se concentrant sur la négociation au lieu de sur le règlement.

Une meilleure manière d'approcher la crise devrait être d'écarter le principe propriété du public privée/, qui cause l'antagonisme insoluble entre le marché global et l'état local et accepte qu'une meilleure manière de résoudre des problèmes soit de permettre à des individus d'être bien informés et de partager des décisions, à tout niveau et dans n'importe quelle région, par un système de résolution commune (en allemand : Mitbestimmung)

Il y a une théorie récurrente qui voit la compagnie, la banque ou l'usine comme capitaux elle-même qui appartiennent non seulement aux actionnaires mais à toutes les personnes impliquées dans la vie de la banque ou de l'usine de la compagnie.

Il est au sujet du passage bien connu de l'approche de valeur d'actionnaires aux dépositaires un.

Maintenant son heure d'adopter ce commutateur.

Le bénéfice n'est pas le seul but. « Trop le grand pour échouer « le principe a prouvé que les compagnies et les banques ne sont pas dirigées juste au profit des actionnaires, mais dans l'intérêt de la société entière.

La banque s'est avérée être beaucoup plus qu'un moyen de payer des dividendes ou d'augmenter la valeur des actifs d'actif des fonds d'investissement d'investissements.

Le bankrupt d'une banque globale a l'impact terrible sur des sciences économiques et la politique à une étape globale.

Cela signifie que la gestion et le gouvernement devraient être formés par toutes les personnes qui peuvent être affectées par le succès ou la chute de la compagnie ou de la banque elle-même.

Cela nous amène à la question principale : des décisions doivent être aussi bien partagées et prises par des actionnaires, des ouvriers et le secteur public.

Ce n'est pas la la nationalisation en jeu, mais plutôt la résolution commune par la participation des représentants des ouvriers et de l'état dans le conseil de surveillance - dans un système à deux niveaux de gouvernement - qui nommera alors le conseil exécutif, dont les membres sont des directeurs, le professionnel qui, mais, suivre la stratégie déterminée par le conseil de surveillance Co-déterminé.

Maintenant, de nos jours, cette approche a perdu son caractère pur « social », a lié et l'a limité aux droites des ouvriers d'avoir la voix dans les décisions de compagnie.

L'approche de dépositaires implique plutôt une idée plus complexe de démocratie et la gestion du secteur financier.

Nous ne pouvons pas imaginer qu'un groupe d'économiste s'asseyent dans une salle du conseil d'administration prenant les décisions qui affectent le mot entier, sans partager leurs avis ou volontés avec quiconque.

Keynes ou pas Keynes n'est pas assez pour ordonner le secteur financier.

Nous avons besoin de la voix et des intérêts du chaque des ouvriers et des citoyens d'être représenté dans le secteur financier global.

La séparation de privés et du public appartient à une vieille mentalité de mode qui ne trouvent plus l'application dans un monde de crise de poteau.

La globalisation impose un gouvernement politique global qui ne peut pas être réalisé facilement.

Les actes de résolution commune localement à la place et peuvent, en conséquence, améliorer l'adresse les issues sur une base régionale, évitant la question du gouvernement, parce que basé sur un chemin négociable, liant contractuellement.

Aucuns doutes que cette approche peut seulement être présentée par une loi, qui propose encore le problème d'un gouvernement adroit global difficile, durs pour être atteint.

Cependant, une fois approuvé cet ensemble de règles, présentant la résolution commune à tout niveau, le système Co-déterminé fonctionnera à côté de lui-même, selon interne et la négociation locale ou la plus large et globale négociation, ont toujours basé sur la décision partageant et des circulations de l'information.

                                         

La propriété, l'employé et le secteur public sont ainsi au même niveau de la connaissance et de la puissance et prennent des décisions au courant dans l'intérêt non seulement de la compagnie contrôlée, mais de la société entière effectuée en.

De nos jours il y a plusieurs pays qui adoptent un système de corporation Co-déterminé de gouvernance, notamment Allemagne, sur une base obligatoire ou facultative.

Les actes également directifs et mettant en application européens prévoient cette possibilité pour la compagnie européenne et la participation des employés (2001/86/EC).

Cependant, le but de ce document est de commencer une discussion sur :

•-         Élargissement de la participation au conseil de surveillance, incluant non seulement l'employé mais également les représentants de secteur public ;

•-         Présenter une réforme telle qu'un système obligatoire de gouvernement «coopératif» (corporate) pour l'Europe ;

•-         Proposer le même système de gouvernement «coopératif» (corporate) à un niveau global dans le G20.







democrazia   siria   diritti umani   blair   iran   medvedev   putin   storia   israele   stati uniti   crisi   economia   medio oriente   energia   geopolitica   iraq   afghanistan   terrorismo   hamas   nato   europa   ahmadinejad   clinton   politiche sociali   russia   ue   labour   bush   mccain   occidente   nucleare   cultura politica   italia   cina   ambiente   india   gran bretagna   critica sociale   berlusconi   sicurezza   america   usa   sarkozy   brown   rubriche   francia   obama   onu